Menu

Amish Hand Quilting for Custom Handcrafted Amish Quilts and affordable hand quilting services.

L’aide est une « cacahuète reconditionnée », selon Oxfam

Les agences humanitaires accusent les pays les plus riches d’échecs L’Afrique a de nouveau, après le sommet du G8 à Kananaskis au Canada, conclu avec de nombreux conseils pour le continent le plus pauvre mais peu d’engagements financiers.Le Premier ministre britannique Tony Blair a défendu le Plan d’action du G8 pour l’Afrique: « Ce n’est pas une aide démodée. C’est un véritable partenariat pour le renouveau de l’Afrique et nous allons aider l’Afrique à s’aider elle-même. « Le plan promettait un complément annuel de 1 milliard de dollars (650 000 dollars, 650 millions et 1 milliard d’euros) au fonds créé pour soulager les paiements des pays les plus lourdement endettés. Les pays africains devraient également gagner jusqu’à 6 milliards de dollars d’aide, en fonction de leur capacité à éradiquer la corruption et à produire des programmes de développement efficaces. Les 6 milliards de dollars possibles ne sont pas de l’argent frais, mais une affectation pour l’Afrique de la moitié de l’argent promis pour le développement mondial lors d’une réunion des Nations Unies en mars. Phil Blyford d’Oxfam l’a décrit comme «des cacahuètes et des cacahuètes reconditionnées». «Ces mesures feraient une énorme différence si nous les suivions de la manière que nous devrions suivre», se souvient-il à juste titre. »Mais la réunion à la retraite des Rocheuses est largement considérée comme un échec pour M. Blair, qui a qualifié l’an dernier de« crise de la conscience du monde »la situation de l’Afrique. Les attentes étaient élevées avant le sommet auquel participaient quatre dirigeants africains.Les groupes d’aide comparent l’allégement de la dette de 1 milliard de dollars aux 2 milliards de dollars offerts à la Russie pour le déclassement nucléaire et les 400 millions de dollars dépensés par le Canada pour organiser le sommet. Ils prédisent que tout bénéfice sera éclipsé par l’impact de la subvention des agriculteurs de 190 milliards de dollars sur dix ans annoncée le mois dernier par le président américain, George Bush. Les subventions agricoles occidentales créent des excédents de céréales et de coton bon marché, faisant chuter les revenus africains. «L’argent supplémentaire annoncé par le G8 aidera à combler ce déficit, mais il ne s’agit plus que de faire du surplace», a déclaré Paul Ladd de Christian Aid. La Colombie et le Canada ont tous deux poussé à l’aide accrue du G8 en Afrique. États-Unis et Japon. Avant le sommet, la Grande-Bretagne a unilatéralement promis une augmentation de 60% de l’aide africaine en quatre ans. Les dirigeants du G8 ont accepté d’éradiquer la poliomyélite en Afrique d’ici 2005, mais il n’y avait pas d’argent pour la lutte contre le sida. Ils ont fixé la date limite de l’année prochaine pour que les pays africains élaborent un plan de règlement des conflits et promettent des efforts pour mettre fin aux guerres au Congo, en Angola et au Soudan. Le sida en Afrique a diminué ces dix dernières années. À la fin du sommet, le programme de développement des Nations Unies a rapporté que selon les tendances actuelles, seulement 10 des 45 pays d’Afrique subsaharienne atteindront les objectifs de développement de la santé et de l’éducation primaire pour 2015.